J’ai reçu dernièrement Mystery of  Depths, le deuxième album de The Losts qui paraîtra le 7 mai prochain. Le nom du groupe ne m’était pas inconnu et en farfouillant dans mes souvenirs, je me suis rappelée avoir partagé l’affiche avec eux sur le Dark Moon Fest en 2018. Le monde est petit.

The Losts est un quatuor du Nord de la France, fondé il y a un peu plus de 10 ans. En 2013 ils enregistrent un premier EP intitulé No God, no Devil puis, en 2016, le premier album … Of Shades of Deadlands voit le jour.

Fin 2020, le groupe sort un premier single pour commencer à dévoiler leur nouvel opus. Il s’agit du titre The Drug I miss, enregistré sous forme de vidéo de quarantaine, un concept qui s’est largement démocratisé depuis le début de la pandémie.

L’univers de The Losts tourne autour du concept des “Egarés” : des personnages imaginaires à la recherche d’humanité et de civilisation, développant tous les vices de l’être humain lorsqu’ils s’en approchent.

Musicalement, la formation propose un heavy metal énergique avec une voix bien souvent haut perché. Ce Mystery of Depths m’a fait penser à un mélange d’Iron Maiden (principalement pour la voix), de Judas Priest et des premiers albums de Metallica (la seconde partie de The Priests Control m’a clairement renvoyée au mythique The Four Horsemen dès la première écoute). Bref, c’est “roots” et ça galope. Mais ça ne s’arrête pas uniquement à ça, l’album est également ponctué de quelques passages plus soft ainsi qu’une petite touche orientale sur certains titres. The Losts offre ici environ cinquante minutes de musique sur douze pistes et rend hommage, en fin d’album, aux combattants de la seconde guerre mondiale. J’ai eu une préférence pour le titre In the Steam of Opium qui est, selon moi, le plus efficace, et c’est par celui-ci que je conseillerais de commencer pour les non-initiés.

En attendant le 7 mai, il est déjà possible de précommander Mystery of Depths en contactant directement le groupe par mail. Pour plus d’infos, rendez-vous sur leur page Facebook.