Acus Vacuum: Charlotte nous en dit plus sur les "Bourses Vides"

Acus Vacuum: Charlotte nous en dit plus sur les "Bourses Vides"

Metalleuses, Metalleux, je vous salue!

Aujourd’hui, confinement oblige, je n’ai pas vraiment de galeries photos à vous proposer. Dès lors, c’est en tant qu’interviewer que je vous propose du contenu.
J’ai décidé de m’intéresser à un groupe belge, venant plus précisement de Bastogne et bien connu de la scène metal, sans qu’ils n’appartiennent pour autant à cette mouvence musicale.
Je parle d’Acus Vacuum ! Quelles sont leurs origines, leurs projets… ?

Le groupe créé en 2012 se compose de 5 membres, deux percussionnistes : Charlotte et Arhur, deux sonneurs de cornemuses : Simon et Lucas et leur danseuse : Samantha.
On en apprend un peu plus sur eux avec Charlotte.

Salut Charlotte! Dans un premier temps, peux tu nous dire qui tu es et quel est ton rôle au sein d’Acus Vacuum ?

Bonjour Laurent, comme tu l’as toi-même écrit en introduction, je suis l’une des percussionnistes d’Acus Vacuum et cela fait plus de 7 ans maintenant que je tiens ce rôle au sein du groupe.

Comment est né Acus Vacuum, que signifie ce nom et quelle est son histoire ?

Acus Vacuum est né en 2012. A la base, c’était un projet en duo entre Simon et son frère Nicolas.
J’ai, par la suite, été accueillie au sein du groupe, suivie par Steeven (ancien sonneur de cornemuse) et c’est ainsi que fut lancé Acus Vacuum.
Pour ce qui est du nom du groupe, Simon a cherché un nom qui sonnait « sérieux » de prime abord, mais en tentant de garder un petit coté décalé, de par sa signification.
En latin, Acus Vacuum, signifie : « Les Bourses Vides ».

Comment qualifierais-tu le style d’Acus Vacuum, quelle est sa force selon toi ?

On peut qualifier Acus Vacuum comme étant un savant mélange de néo-médiéval, de pagan festif, et de folk. Notre musique a également un côté instinctif.
Dans notre formation actuelle, nous sommes tous issus de milieux différents, chacun de nous apporte à sa façon sa petite touche, son expérience personnelle.

Ce qui est génial, c’est qu’avec notre style, nous pouvons nous permettre de nous diversifier, de nous adapter, et de jouer dans plusieurs styles d’événements et donc, cela nous permet de toucher un public relativement large.

En dehors des fêtes médiévales, on vous croise surtout dans les concerts et festivals de metal. D’où vient l’engouement du public metal pour Acus Vacuum ? Les membres d’Acus Vacuum sont-ils tou(te)s des metalleux(euses) dans l’âme ?

On va dire que dans le groupe, on a toujours globalement été des metalleux.
Je pense que le dynamisme musical d’Acus Vacuum, ainsi que notre présentation physique, nos costumes, nos accesoires, l’ambiance, (l’hypocras?)… Cela nous permet de nous rapprocher davantage de la scène metal que des danses folkloriques.

Lors de la création du groupe, aviez-vous déjà de telles ambitions, pensiez-vous rencontrer un tel succès ?

Pas du tout ! Et ce fut une belle surprise de voir qu’au fil des années, l’engouement à notre égard de la part du public, mais aussi des organisateurs d’événements n’a fait que s’accroître.

Il y a quelques mois, vous avez réalisé le clip de « Cernunnos », titre issu de votre second album « Viribus Naturae ». Peux-tu nous parler de cette expérience, comment met-on un tel projet en place ? Que retiens-tu de ce tournage ?

Une superbe expérience et croyez moi, c’était une sacrée organisation ! C’étaient deux journées intenses de tournage et ce, sur deux endroits magnifiques.
Nous avions choisi le « Native-Village » à Neihaischen, ainsi que les forêts avoisinant Laroche en Ardennes pour tourner le clip de « Cernunnos », ces endroits se prêtaient parfaitement à la réalisaton de ce clip.
Une belle collaboration avec Brice Hincker (qui a, entre autres réalisé des clips pour Dagoba, Smash Hit Combo, …),des figurants passionnés aussi bien professionnels que néophytes, mais tous ayant cette motivation, cette volonté de partager un beau moment avec nous.
Un très beau travail artistique, nous sommes super heureux de la réalisation. Encore une fois, MERCI à toutes et tous pour votre participation.

Tournage clip Acus Vacuum-158

Quels sont vos projets pour l’avenir d’Acus Vacuum ?

Hahaaaaaa, nous avons quelques surprises pour vous.
Nous travaillons d’arrache pied sur de nouveaux morceaux et prévoyons quelques belles dates à vous proposer !
On vous en dit plus très prochainement, mais on a beaucoup de fiestas à rattraper et n’ayez crainte, on le fera en votre compagnie !

Voilà, je clôturerai donc cette interview en remerciant bien entendu Charlotte pour sa participation, et en vous invitant, si ce n’est déjà fait, à aller voir Acus Vacuum lors de l’une de leurs prestations.
Rendez-vous également sur leur site Internet www.acusvacuum.com et sur les réseaux sociaux comme Facebook et Instagram.

Sur ce, je vous laisse en vous offrant le clip de « Cernunnos ».

En vous souhaitant une excellente soirée.
Prenez soin de vous,

Lau


Interview de Mathieu Addonisio - Damned Soul Fest

Interview de Mathieu Addonisio - Damned Soul Fest

Metalleuses, Metalleux, je vous salue!

Aujourd’hui, je dépose mon matos photo (ouais, carrément!!), et c’est donc, avec le bonnet d’interviewer que je me présente à vous.
Et, pour cette première expérience en tant que tel, je suis allé à la rencontre du charismatique Mathieu Addonisio, organisateur du Damned Soul Fest, qui se tiendra pour sa seconde édition, le 19 janvier 2019 à la salle le Confluent à Bomal-Sur-Ourthe.

10 groupes, un « Sexy Metal Strip-Tease Show », voilà à quoi vous attendre pour l’un des 1er festival de cette année 2019.

Curieux(ses) d’en savoir plus?
Alors, je vous invite à ne pas perdre une seconde et je vous souhaite une bonne lecture.

Lau Pi

PS : Merci à mes collaboratrices Délia et Alice pour leurs conseils pour la réalisation de cette interview 🙂


En gros, qui est Mathieu Addonisio? Peux-tu te présenter en quelques mots?

Je préfère laisser la liberté aux autres personnes me décrire…. Je ne saurais pas m’auto présenter, ce n’est pas mon trip


D’où te vient l’idée de créer le « Damned Soul Fest », et pourquoi l’avoir baptisé ainsi?

J’avais cette idée et l’envie surtout d’avoir mon festival. (J’ai toujours été curieux de connaitre l’envers du décor). Je pense que c’est un peu mon métier qui en est à la source (travailler afin que les autres s’amusent), lorsque j’ai organisé mon 30ème anniversaire « Metal ».
Cela m’a donné le coup de pied au cul (comme on dit…) et au vue l’enthousiasme de mes invités, de leurs soutiens, motivations, toutes leurs petites phrases et conseils précieux…, cela ne peut que donner envie de continuer.
Hé bien m’y voilà, à ma deuxième édition, et pour en revenir au début de la question, au plus je rencontre des gens, au plus je m’amuse et y trouve mon plaisir.
Pour le nom du festival, c’est le mélange de titres de films et musicals qui me tiennent à coeur.


Quel sont tes critères pour le choix des groupes que tu fais venir durant le DSF?

C’est assez simple, si je l’aime, j’essaie de le faire venir le groupe…
C’est assez égoïste je l’avoue.


 Quel public cherches-tu essentiellement à toucher lorsque tu choisis les groupes qui seront à l’affiche de ton festival?

Je n’ai pas de public cible particulier. Tout le monde est le bienvenu, l’essentiel étant (et je l’espère) que le public prenne son pied.


Pourquoi organiser ce festival dans la petite ville de Bomal, et ce, peu de temps après les fêtes, n’est-ce pas là un pari risqué?

Bomal car j’y habite depuis 2006, donc c’est ici que je fais ma vie, dès lors, le reste doit suivre dans la limite du possible.
Pour le choix de la période? Je retourne ça par une autre question… Quand sont la ou les mauvaises périodes? Pour moi il n’y en a pas, il y a toujours quelque chose, je ne regarde pas à ça.


On approche à grand pas de la seconde édition qui aura lieu le 19 janvier 2019 à Bomal.
– Quelle sont les choses que tu veux améliorer par rapport à la 1ère édition?
– Quelle sont les choses que tu penses garder inchangées pour le moment?

Tout d’abord, il y aura un tapis sur le sol afin d’éviter que le public ne glisse sur le carrelage et de risquer de se blesser (ce qui est arrivé pour le premier, mais rien de grave, je vous rassure!)
De plus, cela améliorera le son (qui était déjà au top pour le premier) il a fallu choisir un tapis, alors autant prendre un qui a plusieurs caractéristiques avantageuses.


Tu ne manques pas d’occasion pour faire la publicité de ton festival via les réseaux sociaux, et autres médias.
Selon toi, quelle est la méthode la plus efficace, et la moins efficace afin de faire la promo d’un événement à l’heure actuelle?

Pour la publicité, les retours sur réseaux sociaux sont terribles et très agréables à voir…Faire des affiches, des flyers, ect… pour moi, cela complète l’ensemble de mon organisation.
Pour vous dire ce qui marche le mieux, je ne fais que commencer, dès lors, c’est difficile à dire, bien que j’aie un penchant pour les réseaux sociaux. A confirmer plus tard.


Et donc, si le Damned Soul Fest 2 se passe bien, peut-on espérer une 3ème édition? Quels sont tes projets pour l’avenir de ce festival?

Le premier a été un véritable succès !
J’entends que de bons retours pour la deuxième édition qui va bientôt avoir lieu…. Donc est-ce que le 3 est en cours… ?
Pour la suite j’essaierai d’adapter fur et à mesure.


Si je te dis : -« Support your local scene », qu’est ce que cela t’évoque?
La scène locale est-elle trop délaissée au profit des gros événements? Quel est ton avis sur la question?

Le débat de l’année et de tous les jours…
Je n’ai aucune idée sur la question car je ne suis pas dans la tête des gens ni même devin. Pour moi chacun est libre de faire ce qu’il a envie de faire, d’écouter ou de voir.


Lors de sa 1ère édition, tu as offert à ton public, un show piercing en live réalisé par Yoshka Earthlings qui aura marqué les esprits. Pour ce second DSF, tu nous proposes un « Sexy Metal Strip-tease Show ».
Comment t’es venu l’idée d’apporter ce type de show à ton festival?

L’idée du show piercing de Yoshka était un cadeau amical de sa part ainsi que de Luca, Ils ont voulu me faire plaisir (c’était également pour eux une occasion de remonter sur scène, et ce, pour la première fois en Belgique!) Voilà un exemple de motivation pour continuer ce petit festival !
Donc l’idée de ce show m’a donné envie de trouver un autre thème… Et ce sera sous le thème strip-tease Metal pour le ll.


Je t’offre le(s) mot(s) de la fin, une dernière chose à partager avec nous?

Excellente année à toutes et tous et rdv le 19 janvier!

Plus d’info sur le Damned Soul Fest?