Retour à la Péniche Antipode à Paris pour la release du deuxième opus de Orkhys. Et en première partie, Moonskin allume les bougies !

Retour à la Péniche Antipode à Paris pour la release du deuxième opus de Orkhys, intitulé « A way ». Il y a de cela presqu’un an, j’étais au même endroit pour la sortie de leur premier EP et j’avais été contrainte de quitter le concert bien avant la fin pour cause de couvre-feu. Un an donc que je traînais cette frustration et que j’attendais de revoir Orkhys sur scène, plus longuement.

Mais d’abord, en première partie, j’ai le plaisir de voir débarquer Moonskin, découvert lors de la Firemaster Convention Online au printemps dernier. Après avoir été interpellée par leur clip, j’étais impatiente de voir ce qu’ils donneraient sur scène. Les cinq musiciens habillent la scène façon dark gothique avec des tenues et un décor de scène travaillés. Musicalement c’est déjà très prenant et en bonus, l’impact visuel est là. Les costumes laissent à penser à une grosse boucherie musicale mais Moonskin sait aussi faire dans la dentelle et propose des riffs mélodiques qu’on pourrait se surprendre à fredonner.

Quelques minutes d’entracte le temps du changement de plateau et Orkhys se lance. Cette année d’attente pour les revoir en valait la peine, je fus une seconde fois conquise par cette formation metal mélodique qui a pour particularité d’intégrer avec brio une harpe, menée par la chanteuse Laurène. La fin du set est notamment marquée par une reprise de The Clansman d’Iron Maiden. Pour l’occasion ils convient Delora, la chanteuse de Moonskin, à les rejoindre sur scène. On assiste alors à un brillant duo de voix, rempli de complicité. Le groupe a déjà fait un bond en avant depuis le tout premier concert fin 2020. Le monument Orkhys se construit petit à petit et promet de belles choses pour l’avenir.

Bref, c’était une bien belle soirée et notons que la Péniche Antipode était de nouveau sold-out pour ces deux super groupes ! Bravo à eux !