J’ai découvert Burnt Umber fin 2019 à l’occasion d’un concert acoustique sur Paris. Quelques minutes à peine avaient suffi au quintet francilien pour attirer toute mon attention et m’emmener dans leur univers. C’est donc avec une joie non dissimulée que je déballais il y a quelques jours “Petroleum”, leur tout premier album, sorti le 12 mars dernier.

Le CD repose dans une double pochette cartonnée, de couleur “Burnt Umber”, dans laquelle on retrouve également un petit livret avec les paroles. Pas de fioriture, c’est simple, classe et bien suffisant. L’artwork est signé Saturne Mezzasalma, également parolière sur cet album.

Petroleum comporte quatorze titres dont une interlude instrumentale à mi-parcours et une reprise arrangée du célèbre « Calling You » de Bob Telson, extrait de la bande originale du film Badgad Café.

Sitôt le bouton “play” enfoncé, on attaque par un break de batterie qui donne le ton de ce premier opus : légèreté et précision. L’équilibre entre les différents instruments et la voix est parfait, avec une grosse ambiance reverb, si bien qu’on a l’impression que les cinq musiciens jouent en même temps, dans la même pièce. La batterie sonne très naturelle, on distingue toutes les petites subtilités, personnellement j’aime beaucoup ce type de son et ça devient assez rare pour le souligner.

Ne cherchez pas de solo de guitare interminable et ennuyeux sur cet album, ce n’est clairement pas le style de la maison. Les guitares oscillent entre grosse disto, en adéquation avec la basse, et sons d’ambiance avec différents effets. Les quelques solos qu’on retrouve sont relativement courts mais mélodiques et efficients. Une grande place est laissée à la voix, aussi bien à l’aise sur les passages très doux que sur les moments où elle laisse exploser toute sa puissance. C’est nuancé et on passe parfois de l’un à l’autre en une fraction de seconde. Surprenant. Pour parfaire le tout, Abby n’a pas oublié de mettre une bonne dose d’émotion dans ses parties de chant, on n’écoute pas Petroleum, on le vit avec le groupe.

En faisant défiler les titres dans l’ordre, on est amenés sur trois registres différents. Les premiers extraits sont ce que j’appellerais du rock modéré, énergiques mais ponctués de passages planant, puis en milieu d’album on sera bercés par quelques ballades jusqu’à la reprise de « Calling you » et enfin, les trois derniers titres plus pêchus, avec notamment quelques riffs agressifs empruntés au metal dans « X-Chromosome », terminent la setlist en beauté.

J’ai apprécié l’album dans son intégralité et le fait que les titres soient plutôt courts (grossomodo entre trois et quatre minutes pour la plupart) donne une certaine fluidité dès la première écoute. Mes coups de cœur ont été pour “I will miss you” avec ce petit thème de guitare mystique sur le couplet, “Rainy Sunday” qui surprend en démarrant avec un blast beat bien violent (et ce break de batterie WTF au milieu de la chanson !), la magnifique ballade “Drowning” bien sûr, et enfin “X Chromosome” qui m’a carrément botté les fesses en fin d’album.

Après plusieurs écoutes, Petroleum me laisse l’impression d’un album abouti. Burnt Umber semble avoir pris le temps qu’il fallait pour ne rien laisser au hasard sur ces presque cinquante minutes de musique. Malgré le contexte actuel, on sent une réelle volonté de proposer un premier opus de qualité. Même si le style global reste le rock, on retrouve des touches de pop, de soul et de metal, ce qui rend l’album accessible à un large public.

Un clip du titre Drowning accompagnait la sortie de l’album le 12 mars. Un bon choix pour un premier single selon moi puisqu’il s’agit d’une chanson plutôt brève et efficace avec une superbe ligne de chant. Je te mets au défi d’écouter Drowning ne serait-ce qu’une seule fois et de ne pas l’avoir en tête pendant plusieurs jours.

Il ne reste plus qu’à espérer que le groupe puisse rapidement défendre ce premier album sur scène. Selon l’évolution de la situation sanitaire, on pourrait retrouver Burnt Umber à Paris le 6 juin prochain à l’occasion du Ladies Metal Fest et, à plus long terme, en première partie de Klone en mars 2022.

Petroleum est d’ores et déjà disponible sur les plateformes de streaming et il est également possible de le commander en version physique. J’ai entendu dire qu’une version vinyle pourrait peut-être voir le jour … Retrouvez toutes les infos sur la page linktree de Burnt Umber : https://linktr.ee/burntumber .

Pour suivre l’actualité de Burnt Umber :