Le 10 novembre 2019 : Ategnatos European Tour @ Trix avec Infected Rain, Lacuna Coil et Eluveitie

 

C’était un week-end productif ! Après deux soirées intenses passées au Birthdeath à Tohogne, puis au Blood Upon The Castle à Anthisnes, il est temps de repartir à l’autre bout de la Belgique pour une date très attendue au Trix. Ce soir, ce sont trois emblèmes de la scène actuelle qui se donnent la réplique à guichet fermé. Bien que très différents dans leur style respectif, en s’unissant de la sorte, ces trois groupes nous offrent un line-up idéal.

Une fois n’est pas coutume, en tout cas je n’avais personnellement jamais vu ça au Trix, l’entrée est compliquée. Les portes ouvrent à 18h30 et le premier groupe commence à 18h45… Mais, à 18h20, la file est conséquente devant la salle et on se dit qu’on n’entrera jamais à temps. Mais tout est bien qui finit bien, je parviens à atteindre le pit pendant le premier morceau d’Infected Rain.

Infected Rain, donc, ouvre le bal en présentant principalement son nouvel album, « Endorphin », avec des titres tels que « Passerby », « Black Gold », « The Earth Mantra » ou encore « Lure ». On aura également droit à d’anciens morceaux comme « Mold » ou « Orphan Soul ». Quoi qu’il en soit, les fans du groupe sont présents, ils scandent chaque refrain et ne se font pas prier pour bouger. Le set est relativement court, mais de bonne qualité. Où qu’ils soient, ces Moldaves savent définitivement mettre l’ambiance !

Ategnatos European Tour : De la Moldavie à la Suisse en passant par l’Italie

Le changement de plateau est assez rapide et c’est au tour de Lacuna Coil de posséder la scène. Si Lena d’Infected Rain a un certain pouvoir d’attraction, Cristina Scabbia n’a rien à lui envier ! Cette dernière, embrasée par la musique, est hypnotisante. Même si ses acolytes se défendent bien avec leurs maquillages de clowns glauques, il est très difficile de se concentrer sur quelqu’un d’autre qu’elle. Bref, dès le premier morceau le ton est donné : la présence, l’énergie, les chansons, tout est prévu pour passer un super moment. La setlist est bien équilibrée, bien que les Italiens fassent la promotion de leur dernier opus « Black Anima » duquel ils présentent « Layers Of Time », « Reckless », « Sword Of Anger » et le superbe « Veneficum ». Bien sûr, les hits du groupe ne sont pas délaissés et nous avons droit à « Our Truth », « Heaven’s A Lie », « The House Of Shame », leur reprise emblématique de Depeche Mode « Enjoy The Silence », ainsi que « Nothing Stands On Our Way » pour terminer le set en beauté et quitter le public conquis avec un message d’espoir. Pour moi, c’était LA performance de la soirée !

Ategnatos European Tour : De la Moldavie à la Suisse en passant par l’Italie

Place ensuite aux Suisses d’Eluveitie qui sont chargés de couronner la soirée avec leur folk endiablé. Le concert commence sur une touche originale avec une simulation de célébration celtique où trois membres du groupe vêtus de blanc psalmodient à l’avant de la scène tandis que d’autres jouent des percussions en ombres chinoises, placés derrière un drap blanc. Après ce démarrage mystique tout en douceur, c’est la déferlante avec l’enchaînement de « Ategnatos » et « King ». Heureusement que ces morceaux sont longs, cela permet aux photographes présents en nombre de capter au maximum ce qui se passe sur scène. En effet, les musiciens sont nombreux et remuants et personnellement, je ne sais pas trop où donner de la tête. Je suis un peu déçue, ensuite, quand Chrigel annonce « The Call Of The Mountains » et laisse le choix de la version au public. Ce sera donc « De Ruef Vo De Bärge »… Soit, le show est très bon, le groupe joue bien, les chanteurs sont en voix et souriants, rien n’est à signaler en terme de qualité. Aussi, l’ambiance est très bonne côté public : ça se pousse et ça surfe dans la joie et la bonne humeur. Pour ma part, j’ai du mal à entrer dans la danse, même si j’adore Eluveitie et que je suis contente d’entendre quelques-uns de mes morceaux préférés (« A Rose For Epona », « Ambiramus », « Helvetios » ou encore « Rebirth »), les parties ultra folk et/ou acoustiques m’ennuient et j’ose trouver le concert très long. Enfin, après près d’une heure et demie de concert, les Suisses clôturent la soirée sous une ovation avec leur hymne « Inis Mona ».

Ategnatos European Tour : De la Moldavie à la Suisse en passant par l’Italie

Après tout ça, c’est l’heure de débriefer au bar et éventuellement d’aller faire un coucou aux gars d’Infected Rain qui ne sont jamais avares de contact avec leurs fans. On conclut donc une chouette soirée avec quelques bières et un ou deux selfies !