Je dois avouer que je n’ai pas franchement l’habitude de m’imposer un horaire pour me mettre devant la télé. Pourtant, le 22 janvier dernier, je ne me faisais pas prier pour m’installer confortablement dans le canapé à 19h pétantes, une chope de mon breuvage favori à la main. Et pour cause, cela faisait quelques jours que je trépignais d’impatience de découvrir enfin sur scène Jades, un groupe de Rock’n’Roll exclusivement féminin de la région parisienne que j’ai découvert au printemps dernier avec la sortie de l’excellent clip « Be My Freak ». Pandémie oblige, c’est à l’occasion d’un live streaming dans les locaux de Regietek et Newloc que le groupe remonte sur scène après plus de 10 mois sans concert.

En attendant le début du show, le public est mis en attente avec la vidéo d’un serpent se trémoussant sur les magnifiques guitares du groupe. Pas de doute, on est au bon endroit !

Petit problème de synchro en régie ou souci technique, la diffusion du live démarre malheureusement quelques minutes après le début du concert. On doit alors se contenter d’un écran noir avec le son du live, puis on découvre finalement la scène sur les dernières secondes du titre « Misnake » qui ouvre la setlist.

Le son est plutôt bon. On entend distinctement les instruments et les voix, de quoi augmenter rapidement de quelques crans le volume de la télé pour apprécier pleinement le concert. La scène est superbement bien équipée avec de nombreux effets de lumières et des écrans dans le fond. Les équipes de Regietek et Newloc n’ont pas fait les choses à moitié ! Les différentes prises de vue donnent de la dynamique à la vidéo et permettent d’avoir tantôt une vision globale de la scène, tantôt des plans rapprochés sur les musiciennes. On regrettera par contre une qualité d’image plutôt moyenne rendant le visionnage sur grand écran moins agréable. Le live streaming a tout de même ses limites … (Ah la la, la meuf qui chipote !)

Cherry - photo Nicolas Chaigneau
photo Nicolas Chaigneau

Une fois passée la frustration d’être dans le canapé plutôt que devant la scène à encaisser les décibels, on profite de l’instant. Les demoiselles en imposent dès le début du live et occupent tout l’espace qui leur est dédié avec une certaine aisance. Malgré des déplacements limités dû aux contraintes de micros et de pedalboards, le show est assuré de bout en bout par les quatre musiciennes aux personnalités bien marquées. Elles semblent assez détendues et heureuses de se retrouver à nouveau ensemble sous les projecteurs, je les trouve tout simplement rayonnantes. Et autant te dire qu’elles ne sont pas venues pour caresser des licornes ! Des riffs accrocheurs, des solos mélodiques efficaces, des refrains qui restent en tête, bref un bon cocktail Rock’n’Roll avec, cerise sur le gâteau, cette touche de féminité qu’on ne peut s’empêcher de souligner.  Le son me paraît très proche de ce que l’on peut entendre sur leur EP. Pas de déception donc, ça sonne Jades et ça déboîte ! La recette explosive est là : un duo de guitares avec le son gras et baveux teinté de wah de Taïphen, complété subtilement par le son tranchant et moderne de Cherry (qui assure également les chœurs), la voix puissante de Lyndsay et ses lignes de basse qui te font vibrer jusqu’aux orteils, le tout posé sur le groove et la frappe précise de Chloé, alias « JazzySnake » à la batterie. Je reste juste admirative de chacune d’elles.

Taïphen - photo Nicolas Chaigneau
Lyndsay - photo Nicolas Chaigneau

Une poignée de chanceux devant la scène permettent au groupe de voir quelques visages familiers. Pour autant, les téléspectateurs ne sont pas en reste puisque Lyndsay et Cherry s’adressent régulièrement à nous entre les chansons, comme si nous y étions. Ça fait plaisir, on est contents de partager ce moment tous ensemble !

Le milieu du set est marqué par un interlude instrumental bien sympa, oscillant entre moments planant et rythmiques groovy. Si ce n’est que de l’impro (et ça y ressemble bien), celle-ci laisse deviner une vraie complicité au sein du groupe et une excellente maîtrise des instruments. Une fois de plus, chapeau Mesdames !

Chloé - photo Nicolas Chaigneau
Jades - photo Nicolas Chaigneau

Les 50 minutes de concert passent à une allure folle. Les dix titres (uniquement des compositions) sont relativement courts et s’enchaînent de façon très fluide. Jades a l’habitude de la scène et ça se voit. On retrouve dans la setlist notamment l’intégralité de l’EP « Misnake » sorti en 2018, mais aussi un tout nouveau titre interprété pour la première fois en live : « Scream For The Devil ». L’inspiration ne semble pas s’essouffler chez les franciliennes, ce dernier né annonce un avenir prometteur. Le set s’achève énergiquement avec « For Rock N’Roll », puis le groupe propose de rejouer “Misnake”, amputée de ses premières minutes en début de live.

Cherry - photo Nicolas Chaigneau
Jades - photo Nicolas Chaigneau

Il me tarde désormais de retrouver Jades en chair et en os. Pour te donner une idée du style, je dirais que c’est une formation qu’on aimerait voir en première partie de Guns n’Roses, Alice Cooper ou encore Halestorm. Alors, tu aurais aimé y être ? Rendez-vous sur la page YouTube de Jades pour une séance de rattrapage (lien ci-dessous, le concert commence vers 21’45).

Un grand merci à Nicolas Chaigneau, présent dans la salle pendant le concert, pour ses superbes clichés ! Et enfin, merci à tous ceux qui continuent de faire vivre le monde du spectacle et de la musique malgré la situation difficile. Stay Rock’n’Roll !

Juste après le concert, j’avais rendez-vous avec Taïphen, Cherry, Lyndsay et Chloé en visio pour leur poser quelques questions. L’interview est disponible en vidéo sur la page Facebook de Metal Overload, juste ici .

Et si vous l’avez manqué, retrouvez Chloé « JazzySnake » dans une interview croisée spécial batteurs parue en début d’année => Chloé, Max, et leurs histoires de fûts …